Qui a tué Marguerite ?

Attention : L’article qui suit comporte des images et scènes susceptibles de heurter la sensibilité des personnes végétariennes et de celles qui n’assument pas de manger de la viande.

Règle numéro 1 : Jamais au grand jamais…

Nous étions enthousiastes par la proximité d’Uluru (Ayers rock) et nous pensions que rouler de nuit jusqu’au prochain camping serait une bonne idée pour nous rapprocher le plus possible et pouvoir profiter d’une longue journée le lendemain. Erreur…

Elle était blonde, vraiment mignonne, de petite taille, avec de magnifiques yeux et passait sans doute ses journées à courir nue dans les grands espaces du centre rouge. Nous roulions pourtant tranquillement à 80km/h, mais nous ne l’avons pas vu arriver. On a freiné comme on a pu, les pneus ont crissé, et l’impact a provoqué un bruit sourd. Nous nous sommes garés quelques mètres plus loin.

On s’est regardé et sans rien dire on est sorti de la voiture. Quand je me suis approché, elle était encore vivante, mais ne pouvait plus bouger car nous lui avions brisée la colonne vertébrale. Je ne voulais pas la laisser souffrir ainsi. Je suis retourné à la voiture pour m’emparer de mon couteau de chasse, mais quand je suis revenu près d’elle, elle avait déjà commencé son voyage. Pauvre petite vache…

Cet incident nous a fait comprendre par l’exemple, la règle numéro 1 en Australie : « Jamais au grand jamais tu ne conduiras la nuit« . On le savait pourtant…
En Australie, il est très très fortement déconseillé par les locaux et par le gouvernement de conduire la nuit. Et pour cause, il y a une forte densité d’animaux que tu ne souhaites pas heurter (kangourous, vaches, buffles, dromadaires, émeus, …).

À toute chose malheur est bon

Nous étions, mes deux compères et moi, face à ce cadavre bovin. Or, quand on est voyageur en mode économique, on n’achète jamais de viande car cela coûte très cher. Et nous nous retrouvions à côté de plusieurs dizaine de kilos de viande qui ne demandaient qu’à être mangés. J’annonce à mes camarades que ce soir, c’est steak au menu. Au début, ils n’ont pas adhéré à l’idée de découper l’animal fraichement décédé. Je leur ai dit : « Ce serait dommage de ne pas tirer profit de la situation, faites ce que vous voulez mais moi, je vais prendre ma part… »

J’ai commencé à découper quelques beaux morceaux dans l’animal et mes camarades voyant apparaitre la belle viande rouge n’ont plus eu aucun scrupule à se servir sur ce buffet à volonté.

Finalement, on a fait un bon BBQ et une overdose de viande. La voiture a un peu souffert, mais pas tant que ça. Par rapport à une berline classique, je suis maintenant convaincu qu’un 4×4 est bien plus résistant.

Si vous appréciez cet article, laissez moi un petit commentaire et/ou partagez le sur facebook. Ça m'encouragera à continuer 🙂
Rémi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *