La campagne, ça vous gagne

Je suis à Pemberton, un petit patelin reculé dans les terres. Ce coin de l’Australie est particulièrement vert avec ses bois et ses prairies, si bien que parfois, je me crois en Normandie (mis à part qu’il ne pleut pas…).

Le soleil vient de se lever, c’est l’heure du…

Pour bien commencer sa journée, il faut un bon petit déjeuner bien solide. Quelques personnes m’ont recommandé de me rendre à la « lavender & berry farm » (ferme à lavande et baies), pour prendre mon petit déjeuner dans des conditions optimales. C’est une sorte de ferme bio qui propose des services d’hébergement et de restauration. J’ai donc pris un grand café noir accompagné d’un énorme muffin au myrtilles avec une bonne dose de crème. Hummmmm !

Une fois ce copieux petit déjeuner englouti, j’ai fait une petite marche digestive dans les jardins de la ferme. Et à priori, je n’étais pas le seul à avoir bien mangé. Il y a un autre habitué des bonnes choses ici…

Des forêts en vrai bois d’arbre

La région dans laquelle j’évolue est renommée pour ses immenses forêts centenaires (dont une plus particulièrement, mais je la détaillerai dans le prochain article). Il est possible de parcourir de grands circuits de plusieurs dizaines de kilomètres de « 4WD Tracks« , c’est à dire du chemin pour 4×4. Ces chemins sont bien aménagés et ponctués de petites étapes informatives avec la plupart du temps quelque chose à voir ou à faire.

VROOOOOM ! (suivi d’un gros nuage de poussière… J’adore !)

De temps en temps, je m’arrête à des endroits recommandés pour faire une petite marche et découvrir ruisseaux et cascades.

Durant une de ces balades j’ai trouvé ce qui est devenu, pendant un bon bout de temps, mon ‘bâton de marche‘. Il est solide, léger et original !

C’est un bâton qui a des pouvoirs magiques… Il évite les ampoules et permet de marcher plus vite. 🙂

La grimpette

Quand j’étais petit, j’adorais grimper aux arbres. Je me souviens d’un petit arbre dans la cours de mes grands parents dans lequel j’aimais grimper. Je suis tellement monté dans cet arbre qu’il en est mort le pauvre… Plus tard, ça deviendra une passion pour la varappe.

Ici, j’ai retrouvé un petit peu de mon âme d’enfant. Entre les années 1930 et 1940, des Karrys (espèce d’Eucalyptus) ont été aménagés avec une plateforme accessible à l’aide de barreaux plantés tout le long de l’arbre. Ces plateformes étaient disposées de façon à trianguler les forêts de points de vue, permettant ainsi de donner l’alerte en cas de début d’incendie.

Aujourd’hui ces plateformes de surveillance ont été remplacées par des méthodes plus modernes, plus efficaces et ces arbres sont devenus des attractions touristiques. Donc je suis monté tout en haut de deux de ces arbres.

Et en plein milieu de l’ascension, j’ai pu lire ceci :

(Risque de l’escalade d’arbre : « C’était la partie facile ». La section du haut est pratiquement verticale et étroite. Il est temps de Re-évaluez votre situation. En cas de doute, ne grimpez pas. Les sacs à dos gênerons votre ascension.)

Donc je ne sais pas si tu t’imagines sur une échelle de 75m sans assurance (mon papa aurait adoooré ça, j’en suis sûr…). J’ai beau ne pas avoir le vertige, ça n’en reste pas moins impressionnant.

Après être redescendu d’un de ces arbres, je me dirige vers ma voiture pour continuer mon chemin, et juste à côté de ma voiture, il y a une espèce de fourgonnette intrigante. A côté de la fourgonnette il y a une vieille dame qui me propose un bout de son sandwich. Je refuse aimablement car je sens que j’ai toujours le muffin collé aux parois stomacales, mais je trouve la proposition si sympathique que j’entame un brin de causette avec cette vieille dame. Elle a un bonnet dans les mains. Je lui dis qu’il ne fait pas froid et je lui demande pourquoi elle a un bonnet. Elle me répond que ce n’est pas pour elle, puis elle me donne un tout petit biberon et me tend le bonnet. Je prend le bonnet et en l’ouvrant, j’y découvre ceci :

Ohhhhh, c’est tout petit, tout chaud et tout mignon, mais c’est quoi ? C’est un bébé kangourou me répond la vielle dame. Cette brave dame consacre sa vie aux bébés animaux abandonnés ou dont les parents ont été tués. Moi je dis, bravo Brigitte !

Si vous appréciez cet article, laissez moi un petit commentaire et/ou partagez le sur facebook. Ça m'encouragera à continuer 🙂
Rémi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *