Bunbury… HIPS !

Je pense être quelqu’un de particulièrement sociable. Cependant, j’ai besoin – comme de nombreuse personnes – de mes petits moments de solitude. Et je me suis rendu compte que c’est d’autant plus vrai lors d’un voyage. Lorsque je suis seul pour faire une balade, une visite, ou tout simplement un trajet, je me sens infiniment plus libre de faire exactement ce que je veux et au rythme auquel j’ai envie d’aller. Faire une rando en mode limace et arrêter tous les deux mètres pour prendre une photo ou en mode marche rapide pratiquement en courant, m’arrêter au milieu de nul part pour me poser une heure et lire un livre, faire une petite sieste sur une plage abandonnée, ou tout simplement allumer mon ordinateur et rédiger ce blog que tu lis, sont autant de choses qui nécessitent un accord lorsque l’on est deux (ou plus) et que l’on ne propose même pas la plupart du temps par peur de gêner ou d’ennuyer l’autre. Cependant, la solitude ne m’est pas toujours agréable et à certains moments, j’ai besoin de rencontrer des gens pour partager des choses.

Pourquoi échanger avec l’autre ?

Même si je viens de t’expliquer ma préférence pour le voyage en solo, je pense qu’un bon voyage (mais ce n’est que mon point de vue) est un voyage ponctué de rencontres. Pas nécessairement de grandes amitiés qui durent le reste de la vie, mais un ami le temps de quelques semaines, quelques jours, d’une soirée ou même parfois moins. Et outre le fait que l’homme soit un animal social, il y a plusieurs intérêts à ces rencontres.

Tout d’abord, le plus important (toujours selon moi), c’est l’échange d’expérience(s). Que l’on rencontre un autre voyageur ou un local, on a toujours quelque chose à échanger. Un endroit à ne pas manquer, le récit d’une anecdote, ou tout simplement l’explication des mœurs locales et de la meilleure bière du monde qu’il ne faut absolument pas rater (c’est bizarre, car ce n’est jamais la même).

Ensuite, le second niveau d’intérêt est tout simplement financier (je parle toujours des rencontres spécifiques au voyage). Je ne suis pas vénal, mais il faut avouer qu’il est particulièrement économique de partager les frais d’essence et de nourriture (pour soit comme pour les autres).

Une solitude nécessaire, mais suffisante

Lorsque la solitude passe de la sérénité à l’ennui, il est temps de faire quelque chose. A Exmouth, je cherchais un lift uniquement pour des raisons financières, à Perth j’avais envie de partager quelque chose avec quelqu’un car le mode solo avait duré assez longtemps. Ces deux tentatives pour trouver un lift s’étant avérées relativement catastrophiques, j’ai décidé de rencontrer des gens par un autre moyen.

Avant de partir en Australie, j’avais lu quelque part sur la toile qu’il existait une plateforme d’échange de bons procédés appelée helpx (help pour aider et x pour la croix qui symbolise un échange ; ce qui est plutôt bien pensé). Le principe est assez simple, tu travailles quelques heures en contre partie desquelles tu bénéficies du gîte et du couvert. C’est un échange intéressant car tu prends complètement part à la vie d’une famille locale. Cela te permet d’aborder une autre façon de découvrir le pays.

Je me suis donc inscrit sur cette fameuse plateforme et ai passé quelques coups de téléphone avant de trouver une famille à Busselton. Cette période fera l’objet du prochain article, je ne la détaillerai donc pas ici.

Sur la route de Busselton

En route vers Busselton, je me suis arrêté un jour et une nuit à Bunbury. C’est une petite ville balnéaire qui présente deux particularités intéressantes. Un centre aquatique où il est possible de nager avec les dauphins et une grande balade aménagée dans les mangroves.

Je n’ai pas visité le centre aquatique, car j’ai déjà nagé avec pas mal d’animaux et je n’en ressens pas spécialement ni l’envie ni le besoin. Cependant, j’ai fait la petite randonnée dans les mangroves.

Assez proche de Turquoise bay (non loin d’Exmouth), il y a une petite plage nommée Mangrove beach. Je m’y suis baladé, mais les mangroves de cette plage n’étaient pas monstrueuses et n’étant pas un habitué des mangroves, je n’en avais pas mon compte. Je peux t’affirmer que c’est un paysage serein et sauvage à la fois. Pour le profane (dont je faisais parti, rassure-toi), une mangrove est un écosystème fragile, caractéristique des littoraux tropicaux, principalement constitué de palétuviers dont les longues racines échasses sont enchevêtrées. Le petit plus, c’est que dans ces mangroves, il est souvent possible de voir une multitude d’espèces d’oiseaux, dont quelques espèces d’échassiers. Malheureusement, mon petit appareil photo n’est pas adapté pour prendre des photos d’oiseaux. Il ne zoome pas assez et quand je m’approche suffisamment, les oiseaux fuient bien évidemment…

La générosité Australienne

Pour passer la nuit, j’ai décidé de me rendre dans un petit backpacker de bord de mer. Il n’est que midi et son bureau n’ouvre qu’à 16h. Pour patienter, je me dis que je vais aller me balader en ville puis le long de la plage. En ville, une petite soif se faisant sentir, je décide d’aller me rincer les amygdales avec une petite roteuse. Je trouve donc un pub ouvert et demande une petite bière pour étancher ma soif. À peine deux lampées plus tard, un mineur (par la profession, pas par l’âge) se tient à côté de moi et commence les hostilités.

Les hostilités ici, ça commence toujours par un petit bonjour, comment ça va, tu fais quoi, blablabla, la prochaine c’est pour moi… Je lui explique plus ou moins qui je suis, d’où je viens, et où je vais.

On discute de tout, de rien, on refait le monde et de fil en aiguille, il m’offre bière sur bière sans me laisser l’occasion de lui en offrir en retour. J’ai eu du mal à imposer ma tournée, mais je parviens quand même à en placer une ou deux. Il m’explique qu’il est un mineur qui gagne bien sa vie, que je suis voyageur qui a besoin de son argent et que ça lui fait plaisir de m’offrir des bières et de trinquer avec moi (quelle sagesse). Je n’avais pas déjeuné et après quelques heures à papoter autour de quelques boissons, je suis sorti de ce pub en titubant en plein milieu de l’après midi sous un soleil de plomb…

Et bien dites donc, c’est du propre ! Rond comme une queue de pelle avec un sourire débile scotché sur la face, alors que la soirée n’a même pas commencé… Je vais réserver ma chambre dans le backpacker et pour la balade sur la plage, on verra ça demain. ZzZzZzZzzzzzz…

Si vous appréciez cet article, laissez un commentaire. Ça me fera plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *