Monkey Mia : une plage… qu’elle est bien !

Bon, si tu te souviens de l’aventure de la veille, c’est à Denham que je me trouve aujourd’hui. À 25km d’ici se trouve une petite plage comme on l’imagine pour des vacances de rêve (palmiers, pelouses, 10m de sable blanc avec une eau tiède et turquoise). Je veux surtout pas faire le blasé (tu serais capable de m’en vouloir), mais des plages paradisiaques, on en a déjà vu pas mal. Pour tout te dire, ce n’est pas pour la plage qu’on est ici. C’est pour autre chose…

Ben pourquoi t’es là alors ?

Pour arriver ici, c’est à dire Monkey Mia (aucun rapport avec les singes), on a dû faire un détour de 150km, ce qui fait 300km pour l’aller-retour (bravo pour cette addition réussie). Autant te dire que pour 300km, il faut autre chose qu’une plage. À la rigueur, une plage de bonnes sœurs naturistes unijambistes, mais hélas, ce n’est pas le cas (je la cherche encore celle-là). Plutôt que de décrire ce que nous sommes venus voir ici, une simple photo sera plus parlante.

Et oui !!! Nous avons fait ce grand détour pour rencontrer l’ami Flipper avec sa femme, ses gosses et les grands parents ! Ici, on les voit de près. De très près même (moins d’un mètre) !

Le petit secret du coin ? C’est la nourriture bien sûr. Un petit poisson le matin et tout va bien. Les dauphins se sont habitués et maintenant c’est entré dans la routine de passer faire un petit coucou aux humains chaque matin (et surtout chercher son petit poisson).  Au début ils étaient deux ou trois, mais la famille s’est agrandie et maintenant ils sont 14. Enfin, si ma mémoire est bonne… Sinon, je vais devoir faire comme eux et manger plus de poisson. Il parait que c’est bon pour la mémoire. Il parait que c’est bon pour la mémoire. J’ai l’impression d’avoir déjà vécu cet instant… Mais qu’est ce que je fais ici ? Bref…

Toujours est-il qu’on peut les regarder autant qu’on le souhaite, mais pour éviter qu’ils ne se familiarisent trop à l’humain, il nous est demandé de ne pas les toucher (c’est la fille de la photo qui nous l’a demandé). Donc tu devines ce que j’ai fait ? Hé ben non, je ne les ai pas touchés ! Je suis sérieux et respectueux des animaux ! Et puis il y avait des gens qui me regardaient… Mais c’est vrai que c’est tentant. Et après tu attrapes l’aileron et ils te font nager très vite dans la mer et puis tu en prends un sous chaque pied et tu les chevauches comme si tu étais… hou-là, je m’emporte (Promis, je regarderai plus la petite sirène).

Retour à Denham

Après cette matinée réjouissante, nous sommes retournés à Denham. Sur la route du retour, il s’en est fallu de peu pour qu’on ait de la viande à diner. Un bon paquet de viande même. Heureusement, mon œil perçant, mes reflexes légendaires et Paul qui hurle à côté, ont permis à un émeu d’avoir la vie sauve. Faut reconnaitre que c’est particulièrement con comme animal.

Nous nous sommes également arrêtés à une sorte de lac qu’ils nomment ‘little lagoon‘, ce qui veut littéralement dire ‘grande marre bleue d’eau salé pas très profonde‘ en dialecte local (Si mon humour à deux balles t’exaspère, tu es invité à laisser un commentaire pour exprimer ton mécontentement). Ça doit faire dans les 1km de large, mais même en plein milieu, t’as de l’eau jusqu’aux genous (heureusement qu’il n’y en avait pas plus). L’eau est transparente et chaude. C’est mieux qu’à la mer car il n’y a aucun risque de requin, de méduse, de poisson pierre et autres joyeusetés qui font la bonne réputation des plages Australiennes.

Miam

Et pour finir la journée, voici une petite astuce qui permet de manger pour pas cher.

1 – Attacher le calamar sur l’hameçon, l’hameçon sur le fil, le fil dans le moulinet, le moulinet sur la canne à pêche et la canne à pêche dans ma main. On prend un peu d’élan et Wizzzzzzzz, le fil se déroule et envoit l’appât… derrière (Oups, désolé Paul…). Je recommence… Wizzzzzzzz… C’est bon, c’est devant maintenant. Quelques minutes et HOP ! Un beau poisson. Puis un second, puis un troisième, et un quatrième, et un cinquième… Bon, on va s’arrêter là parce qu’il n’en restera plus pour les autres fois.

Note à moi même : Quand je pêche un poisson, ne pas l’attraper à pleine main comme si c’était une truite. Quand il y a des picots sur le dessus, ça fait mal…

2 – Mettre le tout dans une gamelle pleine d’eau sur un feu bien chaud et attendre.

3 – Eplucher les poissons (enlever la tête, les arrêtes et la peau) et regarder ce qui reste (beaucoup moins qu’au départ).

4 – Dégustez !

Seconde note à moi même : Quand je pêche un poisson, regarder dans le petit guide avant de le manger peut s’avérer être une bonne idée. Le même poisson, mais en rouge et c’était pas poisson, mais poison.

Bon, je te l’accorde, ça n’a pas l’air très fameux. Mais on a dû t’apprendre à ne pas te fier aux apparences. C’était vraiment très bon et très fin. Dommage qu’on avait oublié de prévoir des légumes avec ça.

Si vous appréciez cet article, laissez moi un petit commentaire et/ou partagez le sur facebook. Ça m'encouragera à continuer 🙂
Rémi

9 réflexions sur « Monkey Mia : une plage… qu’elle est bien ! »

    1. Pas le premier et pas le dernier 🙂
      Comme je mets de la crème indice 30, c’est pas des méchants coups de soleil. Même avec de la crème, le soleil est vraiment méchant ici. Bien pire que chez nous l’été…
      Mais ça c’était y a 4 semaines. Maintenant, je suis plus rouge mais marron. 😉

    1. Coucou les piots,
      C’était pour aller avec mon short de bain.
      Maintenant, j’ai changé de short. J’en ai un noir, et J’ai la couleur qui va avec 🙂

      Bizz

    1. Non non, je ne me suis pas fait mangé.
      J’ai un post qui est presque fini, mais j’ai pas beaucoup de temps libre…
      J’essaye de le publier demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *